Samedi 14 mai 2016 : Col Bayard et La Motte en Champsaur
Article mis en ligne le 31 mai 2016

par Philippe Pellicier
logo imprimer
Le plateau du col Bayard du col de Gleize

La suite du programme de notre séjour nous entraîne sur le plateau du col Bayard, à la recherche entre autres, des quelques plantes intéressantes et connue de ces lieux comme l’annonce les panneaux d’information. Nous trouverons assez vite la Potentille blanche (Potentilla alba) facilement reconnaissable à ses fleurs blanches (en générale les potentilles sont jaunes) et à ses feuilles palmatiséquées, plante présente seulement dans quelques zones du sud des Alpes et dans le haut-Rhin (plante protégée). Notre but était aussi de trouver la Danthonie des Alpes (Danthonia alpina), petite graminée très rare, connue seulement de quatre départements du sud-est. Mais nous n’avons pas pu la trouver ce jour là. La période un peu précoce ne favorisait pas la recherche.
Parmi les plantes les plus remarquables, on peut citer :
- le Cerisier boréal (Prunus padus var. petrae), variété du Cerisier à grappe dont les grappes sont dressées et les feuilles fortement nervées au dos, présent seulement dans le nord des Alpes où il n’est pas fréquent ;
- le Doronic mort-aux-panthères (Doronicum pardalianches) en bouton, on commençait à voir ses ligules jaunes ;
- le Sorbier domestique ou Cormier (Sorbus domestica), ressemble au Sorbier des oiseleurs, mais ne forme pas une fausse ombelle bien plate, a de feuilles velues à dentition particulière et surtout fait de gros fruits comestibles, comme de petites poires, les cormes ;
- la Violette de montagnes (Viola canina subsp. ruppii) n’est pas une plante commune ; on la rencontre dans les bois clair ou landes de montagne et se reconnaît à ses fleurs très claires et l’absence de feuilles en rosette basale ;
- le Dracocéphale de Ruysch (Dracocephalum ruyschiana), lamiacée peu fréquente pas encore fleurie.

Avant de rentrer au gîte Monique notre hôte et amie nous fait découvrir l’atelier d’aquarelliste Alexis Nouailhat qui a peint les oiseaux et a publie des carnet de voyages d’aquarelles des montagnes du monde entier. À ne pas manquer si on va à Saint-Bonnet-en-Champsaur.

Nous faisons dans la vallée de la Séveraissette qui mène à Molines-en-Champsaur où se trouve notre gîte. Là nous herborisons près de la voiture sur le talus et nous notons comme plant remarquable :
- la Véronique de Scheerer (Veronica scheereri), une espèce appartenant au groupe V. austriaca dont les espèces restent assez difficiles à distinguer. Nous avons suivi Flora Gallica pour la déterminer ;
- la Croisette du Piémont (Cruciata pedemontana), évoque le gaillet croisette avec des fleurs discrètes, blanc crème ; ne se rencontre que dans un petit quart sud-est.

Liste complète dans l’espace adhérents.
Photo Odette Lussiana et Philippe Pellicier

Le plateau du col Bayard du col de Gleize ©photo O. Lussiana La Potentille blanche dans la rosée ©photo O. Lussiana La Violette des montagnes ©photo O. Lussiana Le Vulcain ©photo O. Lussiana Le Conocybe printanier ©photo O. Lussiana Le Conocybe printanier : spores ©photo O. Lussiana Le cerisier boréal ©photo P. Pellicier Le Cerisier boréal, dos des feuilles ©photo P. Pellicier Le tabouret à pétales courts ©photo P. Pellicier "Fleurs" de Mélèze ©photo P. Pellicier Le Narcisse ©photo P. Pellicier Le Point de Hongrie ©photo P. Pellicier La Véronique de Scheerer ©photo P. Pellicier La Croisette du Piémont ©photo P. Pellicier

pucePlan du site puceContact puceMentions légales pucesquelette puce

2012-2018 © Nature en Tarentaise - Tous droits réservés