5 juin 2015 : Chalancon, col des Roustans et Montagne de Praloubeau
Article mis en ligne le 3 juillet 2015
dernière modification le 17 juillet 2015

par Philippe Pellicier
logo imprimer
01- Paysage autour de La Motte Chalancon

Séjour nature à la Motte Chalancon premier jour : le col des Roustans et la montagne de Praloubeau.

Compte-rendu rédigé par Monique Magnouloux, partie insecte Claudie Desjacquot avec des oservation de Françoise Drouard (FD). Merci aux photographes en particulier Yannick Lenoir.


Arrivés vers midi au relais équestre Saint-Antoine à la Motte Chalancon. Pique-nique près des canards de Barbarie de Francine. Il fait très chaud !
La Motte Chalancon, Chalancon et son rocher, col des Roustants… Vallée de la Roanne…

Le Rocher de Chalancon domine de sa fière stature la cuvette de La Motte. Ce bastion des couches tithoniques est l’extrémité sud de la grande dorsale qui entoure les cuvettes (synclinaux) d’Aucelon et du Désert, séparées par l’anticlinal de la montagne de la Servelle. Il est délimité par deux cluses : le Pas de l’Echelle d’où jaillit une importante source qui alimente La Motte en eau potable et le Pas de l’Echaillon. Il garde avec son château et sa tour de guet l’accès à la Combe de Chalancon. De cette Combe au Col des Roustan, on pourra observer d’un côté les bordures de marno-calcaires hauteriviens de la Cuvette du Désert lacérés par l’érosion, et de l’autre les pentes calcaires sèches de la Montagne de Volvent qui sont creusées de nombreuses grottes et gouffres dont celui des Bornes et la résurgence du Trou Arnaud . Comme la Montagne d’Angèle (1606 m), la Montagne de la Servelle (1613 m) est le pays des alpages où pâturent en été troupeaux de vaches ou de moutons…

Au col des Roustants, on prend un large chemin qui monte en pente douce sur la crête. Nous montons lentement – il y a tant à voir ! Arrivés sur la crête, on ne peut pas aller bien loin : il est déjà tard…et l’orage menace. Dommage ! Vu seulement quelques touffes de Pivoines, déjà en fruits. On en aurait vu plus si on avait pu continuer…
Achillea sp. : SBF 2005, A. millefolium ssp. collina, feuilles basales étroites- autre possibilité : A. odorata, fréquente sur les pelouses de crêtes (Ononidion striatae), Baronnies… - ?
Androsace villosa  : 2 touffes sur la crête, fleurs fanées.
Argyrolobium zanonii : l’Argyrolobe de Linné, présent en Savoie sur les coteaux secs de l’Avant-Pays et du côté de Chignin.
Astragalus purpureus = Astragalus hypoglottis : En Savoie, au Mont Cenis, fort de Variselle, obs. de PP. Sur Binz = A. gremlii… ???- plante velue, 7-15 paires de folioles. …
Carlina acanthifolia : le Chardon soleil qui décore des retables d’églises baroques savoyardes, présent en Savoie à Apremont, Modane, St-Jean-de-Belleville etc.
Catananche caerulea : la Cupidone, la Cigaline (bruit de l’involucre quand on le froisse)- Présente dans le Bas-Bugey méridional ! Du grec, qui contraint à l’amour- plante employée pour préparer des philtres d’amour (cf Cupidone).
Cirsium ferox : feuilles et tiges sèches de l’année passée. Ressemble à C. eriophorum, mais fleurs blanches, écailles du capitule fines et étroites, fleurit tard, monocarpique.
Festuca laevigata  : plante très variable, c’est la principale fétuque ovine de moyenne et haute altitude dans les Alpes (Flor Med).
Scorzonera hispanica  : grandes feuilles, fleurs jaune clair. En Savoie, la ssp. glastifolia est toujours présente à Apremont.
Scrophularia canina : d’après les cartes de répartition de la Flore de la Drôme, c’est peut-être la ssp. juratensis
Sempervivum calcareum  : rosettes, sur la crête. Pas vu les caractères distinctifs…
Seseli galloprovinciale  : feuilles. Décrit par Reduron, cf S. glaucum…
Paeonia officinalis ssp. huthii  : quelques pieds de pivoines, déjà en fruits. Famille des Paeoniaceae, longtemps rattachée aux Ranunculaceae, mais plus proche des Saxifragaceae d’après la biologie moléculaire… Fleurs rose foncé, style nul, plante très velue, feuilles nettement découpées (cf photos 26 mai 2005). Prot. Nat.

Cytisus sauzeanus  : nous n’avons pas vu cette endémique du Dauphiné, il aurait fallu continuer sur la crête ?... mais l’orage arrivait… Protégé.- SBF 2005 : d’après mes notes, pas vu sur la crête ( ?), mais à 2 pas du car qui était allé chercher un groupe fatigué descendu trop bas (nous étions partis le matin, pique-nique sur la crête- cette année, nous sommes partis trop tard, après le pique-nique.)
Nous n’avons pas noté Ononis striata : pelouses de crêtes Ononidion striatae…
Valeriana rotundifolia, du groupe montana, sur marnes, taxon décrit par Villars- Flo Gallica : taxon paraissant intermédiaire entre montana et tripteris, plante glauque, feuilles caulinaires toujours indivises.

Escargots : Zebrina detrita, la bulime zébrée

Papillons de jour

HE Erynnis tages, Point-de-Hongrie – obs. FD

LY Callophrys rubi, Argus vert
LY Glaucopsyche alexis, Azuré des cytises – Sur le revers, ocelles très gros sur l’aile antérieure et suffusion bleu turquoise sur l’aile postérieure. La chenille se développe sur les Fabacées.
LY Polyommatus dorylas, Azuré du mélilot – obs. FD - un Azuré localisé et rarement abondant sur les pelouses sèches jusqu’à 2500 m, mai à août. Dessus du mâle bleu très brillant, large bordure blanche jusqu’aux taches orange sur le dessous AA et AP. Chenille sur Anthyllides.
LY Polyommatus icarus, Azuré commun

NY Aglais urticae, Petite Tortue
NY Coenonympha pamphilus, Fadet commun – petits ocelles bien marqués : forme lyllus- Obs. FD
NY Erebia triaria, Moiré printanier –Dessus sombre avec bande fauve incluant des ocelles dont 3 ocelles pupillés de blanc bien alignés. Localisé sur les pelouses sèches, pentes rocheuses 600-2400 m en Hte-Provence, Alpes, Pyrénées.Vole de mi-avril à fin juin.
NY Euphydryas aurinia ssp aurinia, Damier de la succise
NY Lasiommata megera, Satyre – mâle avec bande androconiale sombre en travers de l’aile.
NY Melitaea athalia, Mélitée des mélampyres – chenille sur plantains et Scrophulaires.
NY Melitaea didyma, Mélitée orangée– Sur une feuille de Panicaut (Eryngium campestre), une chenille qui vient de muer : à côté, sa « vieille peau ». Chenille très claire. F. Drouard a aussi observé la chrysalide de la Mélitée. Une chenille parasitée, des pupes sortant de son abdomen. Elle semble bien fatiguée.
NY Pararge aegeria, Tircis – obs. FD
NY Vanessa cardui, Belle-Dame – femelle en train de pondre sur un chardon. Obs. FD

PI Anthocharis cardamines, Aurore
PI Aporia crataegi, Gazé – papillon blanc à nervures noires.
PI Colias alfacariensis, Fluoré

Papillons de nuit

ARC Rhyparia purpurata, Ecaille pourprée, Ecaille mouchetée – Nous observons sa chenille : touffes de soies serrées, rousses sur le dos, grisâtres sur les flancs. Elle se développe sur différents arbustes et plantes basses. Landes, garrigues chaudes et sèches.
CRA Anania funebris, le Botys à huit taches – Pyraustinae- Tout petit papillon noir avec des taches rondes et blanches. Vole au soleil mais passe inaperçu ! Obs. FD
ERE Atolmis rubricollis, Veuve – Erebidae autrefois Arctiidae– papillon 25-30 mm, noir fuligineux, collier et apex abdomen rouge orangé. La chenille vit sur les lichens des arbres. Forêts, lieux boisés. Mai à juillet.
GEO Chiasma clathrata, Géomètre à barreaux – Obs. FD
GEO Isturgia limbaria, Phalène bordée – Petit Géomètre des landes à genêts (plantes-hôtes de la chenille) dans le Midi. Dessus jaune orangé. AA bordées de noir. Vole d’avril à août.
GEO Rhodostrophia vibicaria, Bande rouge – Ailes antérieures grises, 3 lignes transversales rouge carmin. Endroits chauds et secs dans une grande partie de la France.

HET Heterogynis penella, Zygènule des genêts –Heterogynidae – Nous avons vu la chenille, le cocon, le papillon mâle…et la femelle. Petite chenille 20 mm, sur le Genêt cendré (Genista cinerea), jaune avec 4 bandes longitudinales grises, poils raides fortement recourbés. Petit cocon de soie. Etymologie : Heterogynis, différent, femme, cf la femelle est aptère (« sans ailes »), très différente du mâle- penella, plumeux (les antennes)- La femelle ressemble à une chenille ! Elle sort à moitié du cocon et émet une phéromone d’appel (vu à la maison : étonnement de voir une grosse chenille sortir du cocon, alors qu’on s’attendait à voir sortir un papillon !) : si le signal n’attire aucun mâle, elle regagne son cocon… Elle recommencera les jours suivants (pas vu à la maison…). S’il n’y a pas d’accouplement, elle déposera alors une ponte stérile. Si le signal attire un mâle, ils s’accouplent, puis elle pénètre à nouveau dans le cocon et pond dans l’exuvie nymphale, à l’éclosion, les chenilles absorbent les restes de la dépouille maternelle (!!!).

PTE Pterophorus pentadactyla, Ptérophore blanc – Sur la feuille du Panicaut (Eryngium campestre), une chenille vert clair, velue : il semble que c’est celle du Ptérophore blanc (Kevin Gurcel)

ZY Zygaena rhadamanthus, Zygène cendrée – Belle Zygène aux AA grises avec 6 taches rouges certaines bordés de noir. Chenille sur Badasse (Dorycnium suffruticosum) aussi sur le Sainfoin. Pelouses sèches, garrigues dans le Midi, jusqu’au Gers, au Lot et à l’Isère.
ZY Zygaena sp , Zygène – petite chenille de Z minos ? purpurea ?

Autres insectes

CO Agapanthia cf villosoviridescens ?, Agapanthie cf à pilosité verdâtre - Cerambycidae- beau longicorne aux antennes de sombre et de clair, corps noir densément couvert de fins poils gris verdâtre, 3 lignes sur le thorax.
CO Cantharis nigricans – Cantharidae – Elytres noirs, pronotum noir cerné de blanc jaunâtre, pattes orange, genoux noirs.
CO Cicindela campestris – Une Cicindèle qui chasse à courre, pratiquement sans voler. Obs. FD
CO Henicopus pilosus – Melyridae- insecte noir 8 mm, hérissé d’une pilosité dense, indolent, souvent sur les Graminées.
CO Malachius bipustulatus –Melyridae –7 mm, vert bronzé à bleu métallique, élytres rouge orangé à leur extrémité. Se nourrit de pollen, aussi de larves et petits insectes.
CO Oedemera sp, Oedemère élytres noirs, déhiscents, cuisses fines, c’est une femelle !
CO Timarcha tenebricosa, Timarque, Crache-sang- Chrysomelidae -16 mm, noir à reflets métalliques. Inquiété, il excrète un liquide rouge. Plus loin, Yannick trouve la larve trapue, de couleur bronze, qui se nourrit sur les Gaillets.

HET Aelia cf acuminata, Punaise nez de rat – Pentatomidae – plusieurs espèces difficiles à identifier. 9-10 mm, peut faire des dégâts dans les champs de céréales en piquant les jeunes grains
HET Carpocoris pudicus –Pentatomidae-Punaise plutôt méridionale, angles du pronotum arrondis. Obs. FD
HET Dicranocephalus albipes – Stenocephalidae- Punaise commune, brune à pattes claires annelées de noir au bout des fémurs et des tibias. Obs FD
HET Dolycoris baccarum – Pentatomidae - punaise commune, souvent teintée de rouge pourpre. Obs. FD
HET Graphosoma italicum, Punaise Arlequin – rouge et noire, sur Ombellifères.
HET Phymata crassipes, Punaise- guitare- Reduvidae –8 mm, petite punaise marron à la forme bien particulière, pattes ravisseuses aplaties, courtes et larges. Le mâle est plus foncé que la femelle.

HOM Centrotus cornutus, Demi-diable –Membracidae – Pronotum bistre, en casque orné de 2 pointes coniques. Obs. FD
MAN cf Mantis religiosa, Mante religieuse – Oothèque trouvée par FD.

NEU Libelloides coccajus, Ascalaphe bariolé -
NEU Sialis lutaria, Sialis de la vase – Etonnant de trouver dans un endroit sec deux pontes de Sialis de la vase sur Silene italica. Cet insecte vole près de l’eau et pond sur la végétation aquatique.

PHA cf Leptynia hispanica – Un petit phasme découvert par FD : 45 mm, antennes courtes, ligne blanchâtre latérale sur l’abdomen. Tout vert, il ressemble à un brin d’herbe. C’est une femelle en train de pondre. On voit l’œuf prêt à être éjecté au bout de l’abdomen. Mais il y a une espèce proche, Clonopsis gallica : il faut donc compter les articles des antennes !

Araignées

Araneidae - Aculepeira ceropegia –- Epeire feuille-de-chêne (cf le motif sur l’abdomen)
Araneidae - Agelenatea redii – Epeire de velours- Obs. FD
Araneidae - Cyclosa conica – Petite araignée au centre de sa toile camouflée par un stabilimentum vertical couvert de déchets- Obs. FD
Araneidae - Mangora acalypha – Araignée bouteille- Petite araignée à l’abdomen avec 3 lignes longitudinales parallèles sombres, reliées entre elles par une bande transverse, dessin qui évoque une bouteille à grand col. Habitats ensoleillés et secs. Toile presqu’horizontale, environ 60 rayons très serrés.
Oxyopidae - Oxyopes heterophtalmus – un mâle – Araignée lynx à grandes épines, chassant à courre dans la végétation- Obs. FD
Salticidae – Philaeus chrysops – un mâle à abdomen rouge vif à tache cardiaque noire, céphalothorax noir orné de taches de poils blancs. Araignée sauteuse des milieux chauds et secs.
Linyphidae – Frontinella frutetorum – femelle- petite araignée sous une toile en nappe accrochée dans les buissons- Obs. FD
Lycosidae – Araignée loup, une femelle qui transporte ses petits sur le dos. Obs. FD
Lycosidae- Alopecosa cf pinetorum- un mâle- belle araignée loup courant au sol. Obs. FD.
Uloboridae- Uloborus walkenaerius – Cette araignée au corps allongé, très clair a capturé dans sa toile le papillon de la Zygènule des genêts, Heterogynis penella.
Miturgidae - Zora manicata - la femelle garde son cocon blanc déposé sous une pierre. Obs. FD
Oiseaux Alouette des champs, Pouillot de Bonelli, Rouge-gorge, Pinson …


pucePlan du site puceContact puceMentions légales pucesquelette puce

2012-2018 © Nature en Tarentaise - Tous droits réservés